Le monument

Moussy possède à la Colonne un monument dédié aux 35 hommes du Maquis Mariaux tués lors des combats des 12,14 et 15 août 1944.

Vous pouvez découvrir cette page h'histoire en parcourant le chemin des maquis entre Moussy et Saint-Franchy. Voir notre page " Randonnées "

Vous pouvez également visiter le musée du maquis à Moussy dans la salle de mairie aux heures d'ouverture. voir ici

Création du maquis Mariaux

Au Printemps 1944, plusieurs groupes de résistants nivernais se rassemblèrent dans le bois de Prémery, au lieu-dit ( La Fontaine du Courcier ) Le réseau " Vengeance " assura l'encadrement qui faisait terriblement défaut , le Maquis de Prémery était créé .

Devenu très important et pour des raisons de sécurité, il fallut changer de camp. Dans la nuit du 20 au 21 Juillet 1944, le maquis s'installera dans la forêt de Troncay entre Moussy et Forcy à quelques kilomètres de Crux-la-Ville. Le Maquis prendra le nom de Mariaux en hommage à Robert Mariaux ,notre premier tué dans une embuscade le 19 Juillet à Lurcy le Bourg -Nièvre .

BATAILLE DE MOUSSY -FORCY

Pour le maquis Mariaux la nuit du 11 au 12 août 1944 a été fort occupée.

Un important parachutage a été réceptionné sur le terrain  "BREME " à OULON .Les containers ont été ouverts au camp.

Des agents de renseignements signalent partout des concentrations d'allemands autour de Moussy et Crux- la- Ville.

Une concentration de maquisards s'est formée le 12 août avant l'attaque en plus de ceux qui étaient sur place.

Le 12 août au matin vers 2 heures, cinq avions bi-moteurs survolent le camp en piqué et à la mitrailleuse.

Les avions à peine éloignés, l'infanterie allemande débouche des bois d'Aron et du village de Forcy par des tirs de l'artillerie, appuyés par des mortiers.

Malgré les efforts de l'aviation, les allemands ne parviendront pas à gagner un pouce de terrain.

A 11 heures, le lieutenant JUVANON, afin d'éviter l'encerclement, a effectué un repli en direction du camp.

La situation est grave : une porte du camp  vient de s'ouvrir, que l'ennemi a essayé d'exploiter, grâce au capitaine CLIQUET, du lieutenant de SAINT- PHALLE, de l'adjudant FOULON  prennent position sur le chemin de MOUSSY-FORCY avec l'aide de Fernand VESSEREAU et Robert GAUDRY.

Les combats font rage et l'ennemi doit se replier en abandonnant la ferme de la Colonne qui brûle.

L'après-midi du 12 août, la situation reste critique . La bataille fait rage, elle apparait comme une épreuve d'endurance et d'abnégation.

"La victoire est au plus tenace " paroles du Général FRANCHET d'ESPEREY.

A 20h30, les patrouilles de reconnaissance signalent que l'ennemi a desserré son étreinte sur les villages de MOUSSY - FORCY et SAINT- REVERIEN

 Ce Dimanche 13 Août sera un jour de relative accalmie durant lequel les 2 parties vont panser leurs blessures.

Le lieutenant MONTUPET, le 12 août au soir avait reçu l'ordre de rendre compte au colonel ROCHE à Coeuzon de  la situation du Maquis Mariaux.

Le colonel lui demande de maintenir nos positions en attendant les renforts.

Le dispositif de repli est prêt. Les corps de 5 maquisards tués la veille sont inhumés à Crux-la -Ville.

Lundi 14 Août la bataille recommence , l'ennemi reprend la Colonne,

VESSEREAU et GAUDRY avec l'aide de la 2ème compagnie reprennent la ferme de la Colonne.

L'adjudant- chef NEGRE et sa section se défendent corps-et-âmes sous la pression de l'ennemi, l'adjudant ALI SEF SAF vient prêter main forte et  rétablit  la situation.

A 17 heures, l'ennemi après avoir relevé ses troupes, reprend le combat, progressant sous la protection des lance- flammes, incendiant  haies et bois et arrive à l'ouest de FORCY , mais la compagnie de JUVANON donne l'assaut.

Les maquisards sont fatigués, manque de nourriture et de sommeil depuis 36 heures .Les 2 sections d'HIGIER et d'ISAAC venues en renfort, permettent au lieutenant LARDRY de faire pivoter son dispositif autour de Forcy et de dégager son aile gauche sur le point d'être anéantie.

Le front risque cependant d'être disloqué d'un moment à l'autre : il n'y a plus aucune réserve pour le consolider .

Dans ces conditions, l'ordre est donné aux unités de décrocher par échelons successifs pendant qu'il en est encore temps.

Le mouvement s'opère dans des conditions satisfaisantes, la mission confiée au lieutenant ALEON  arrive à maintenir l'infanterie allemande pour que le repli s'achève méthodiquement et en bon ordre.

Ce répit va permettre à Robert GAUDRY de faire sauter au plastic tout le parc automobile et le dépôt de munitions afin que l'ennemi ne récupère aucun matériel .

Dix maquisards sont encore tombés pour l'honneur et la liberté . Chacun de nous est venu s'incliner.

Sous la pression de Fernand VESSEREAU, les 2 Maquis JULIEN et MARIAUX ont décidé pour garder la sauvegarde du potentiel humain, le repli sera d'ailleurs approuvé par l'état major de COEUZON.

Le mardi 15 Août au matin, au carrefour de l'Etoile, les 3ème et 5ème compagnies seront chargées de couvrir l'opération de repli.

Les maquis de la NIEVRE (BERNARD, JOSEPH, LE LOUP, CAMILLE, SERGE) ainsi que les F.T.P des bords de Loire vont se précipiter pour faciliter le repli de MARIAUX et JULIEN vers le  Morvan.

Le condensé présent a été réalisé avec la participation d'Albert GRAILLOT qui, lui, faisait partie de ces combats avec la 1ère Compagnie, sous le commandement du lieutenant LARDRY ; et ne résume que ces 4 jours de combats du maquis 

 

******************************************************************************************************************************************************************

 POUR D'AUTRES RECITS cliquer ici